<strong>CARIES</strong> <br>Prévention et traitement <br>des cavités dentaires
CARIES
Prévention et traitement
des cavités dentaires

La carie dentaire est une maladie multifactorielle qui implique une interaction entre les dents, la salive et la microbiote (facteurs propres à l’individu) et l’alimentation (facteur externe). En outre, peuvent également être déterminants des facteurs génétiques, biologiques, comportementaux, etc. 

La carie est une forme d’infection où des bactéries spécifiques s’accumulent sur la surface de l’émail, et produisent des acides qui déminéralisent et détruisent la dent. Une fois que l’émail a été touché le processus évolue vers des zones plus internes de la dent, en passant par la dentine jusqu’à la pulpe. Si le processus n’est pas arrêté, la dent peut être complètement détruite. L’évolution des caries peut être interrompue en éliminant mécaniquement le tissu dentaire infecté et en le remplaçant par un matériau synthétique approprié qui restaure la forme et les fonctions normales de la dent.
Si les caries ne sont pas traitées, le processus finit par pénétrer dans les canaux radiculaires au-delà de la dent, vers les tissus mous, où il entraînera une réaction inflammatoire douloureuse. 

Il s’agit de l’une des maladies bucco-dentaires les plus courantes dans le monde. Elle survient généralement chez les enfants et les jeunes adultes, mais elle peut toucher n’importe qui et altérer de manière considérable la qualité de vie.

HISTORIQUE

Le rôle essentiel des micro-organismes dans l’étiologie de la carie a été établi par Miller en 1890. Au cours des dernières années, le Streptococcus Mutans a été identifié comme le principal micro-organisme responsable de la carie dentaire. D’autres micro-organismes comme le Lactobacillus, Actinomyces et d’autres types de Streptococcus jouent également un rôle, mais de manière moins importante.

CAUSES

La carie dentaire est associée aux causes suivantes: 

  • La consommation d’aliments riches en sucre et de boissons gazeuses (sodas dont les acides peuvent causer l’érosion de l’émail dentaire).
  • Mauvaises techniques d’hygiène bucco-dentaire, comme un mauvais brossage des dents, l’utilisation d’une pâte dentifrice non adaptée ou l’absence de recours au fil dentaire. En outre, il convient de noter que certaines dents, par leur morphologie ou leur position, retiennent plus ou moins de biofilm oral. Les dents postérieures (molaires et prémolaires) sont ainsi plus sensibles aux caries et, par conséquent, il est nécessaire de les brosser davantage.
  • La diminution du pH de la salive a une influence sur la formation des caries.
  • Une alimentation avec une forte présence de glucides fermentescibles.
  • Laisser passer beaucoup de temps entre l’ingestion et le brossage. Plus le temps passe, plus il y a de chance que les bactéries et les acides attaquent la dent.
  • La susceptibilité génétique héritée. Certaines personnes sont plus sujettes à la formation de caries dentaires.
  • S’endormir avec le biberon (dans le cas des enfants plus jeunes), étant donné que la tétine reste en contact avec la surface palatine des dents antéro-supérieures pendant plus de 8 heures. Les bouteilles et les tasses à bec peuvent également favoriser leur apparition.
  • Certains médicaments modifient la composition du biofilm oral et du pH de la bouche, de telle sorte que la personne qui les ingère sera plus sensible aux caries. En outre, le sucre est la principale composante des comprimés antiacides, des sirops et des gouttes contre la toux, et des produits que prennent souvent les enfants. Les médicaments sucrés peuvent être particulièrement problématiques pour les personnes atteintes de maladies chroniques et qui suivent des thérapies à long terme.
  • Les autres facteurs qui influencent la formation de caries dentaires sont l’âge, la santé générale, les fluorures, le niveau d’éducation, le statut socio-économique et l’expérience préalable des caries.

DIAGNOSTIC

  • Histoire et nature de la douleur : elles sont en relation avec les circonstances de leur présentation, comme la durée et le type de sensation ressentie par le patient.
  • Réaction aux changements de température : cela se pratique lors de la consultation dentaire en plaçant un objet chaud ou froid sur la dent.
  • Réaction à une stimulation électrique : cela se réalise à l’aide d’un courant à basse tension. Ce test évalue le degré d’excitabilité des nerfs de la pulpe enflammée.
  • Réaction à la percussion de la dent : une réaction positive à la percussion indique qu’il existe une inflammation des tissus du paradonte apical (tissu de soutien autour de l’extrémité de la racine d’une dent en particulier).
  • Examen radiographique : utilisé pour déterminer l’étendue de la lésion cariée et pour déterminer si la réponse inflammatoire a atteint le tissu péri-apical.
  • Examen visuelle : permet de déterminer l’emplacement et l’étendue des lésions.
  • Palpation de la zone environnante : si la palpation de la zone péri-apicale provoque de la douleur, cela signifie que l’inflammation a atteint le tissu entourant le sommet de la dent.

TRAITEMENT

La formation de biofilm à la surface de la dent est constante, par conséquent les changements de pH provoqués par certains processus ayant lieu dans la cavité buccale ne peuvent être évités ; cependant les conséquences peuvent être évitées, à savoir la formation de cavités.

Avant la planification du traitement, il est important de déterminer le risque de carie de chaque individu.

Le contrôle de la maladie est obtenu en agissant sur la formation du biofilm oral. Les mesures de contrôle de la maladie comme le fait d’apprendre au patient la meilleure façon
d’éliminer la plaque dentaire grâce à une bonne hygiène buccale en se brossant les dents tous les jours, en appliquant du fluorure (dentifrices, gels, etc.), en modifiant les habitudes alimentaires, qui permettent d’empêcher ou au moins de retarder l’apparition des lésions. 

  • Fluorures topiques à usage professionnel : L’évidence de l’efficacité du fluorure dans la réduction de l’apparition des caries et du ralentissement de la progression des lésions est bien documentée, cependant les essais cliniques existants sur les différents moyens d’application et leur efficacité ne coïncident pas complètement, puisqu’il existe de grandes différences selon l’âge et le risque initial de caries. Cependant, une formulation adéquate galénique et professionnelle est indispensable.
  • Fluorures à usage quotidien : dentifrices avec des concentrations de fluor qui augmentent la résistance de l’émail face à l’agression des caries. L’utilisation quotidienne d’un dentifrice au fluor offre une protection des dents, car il reminéralise l’émail et prévient la formation de caries. Il est donc conseillé d’effectuer le brossage des dents avec une pâte dentifrice qui contient du fluor, après chaque repas et surtout avant le coucher.

D’autres mesures préventives concernent l’utilisation de :

  • Chlorhexidine : a démontré son efficacité pour réduire l’apparition de lésions dues aux caries chez les patients à haut risque.
  • Produits de scellement pour puits et fissures : mesures préventives tant pour les adultes que pour les enfants.
  • Xylitol : Le Xylitol est un puissant édulcorant naturel sans calories et non transformable par les bactéries cariogènes, grâce à sa structure chimique de zinc-carbone qui ne peut pas être reconnue par les Streptococcus mutans. Il est capable de réduire la vitesse de formation de la plaque dentaire, il renforce le flux salivaire et stimule la reminéralisation.

Comme les enfants sont très enclins à développer des caries, il est nécessaire de renforcer les mesures préventives. Il est recommandé de suivre une bonne hygiène buccale, avant même que les premières dents apparaissent. Et dans le cas des nourrissons, il est conseillé de les emmener chez le pédodontiste dès le premier mois et de leur nettoyer la bouche tous les jours avec une compresse propre et humide. Lorsque les dents de lait commencent à sortir, il faut utiliser une petite brosse à poils doux et arrondis trois fois par jour.

La coopération du patient est indispensable, de sorte que tout le monde peut apprendre à contrôler le développement et la progression des caries par les mesures de contrôle et les mesures préventives mentionnées ci-dessus.

Il est recommandé de consulter votre dentiste tous les six mois ou une fois par an pour assurer une bonne santé bucco-dentaire.